«Révolution premier vendredi» à Tahrir au Caire


Une grande manifestation a lieu aujourd'hui sur la place Tahrir au Caire - et dans d'autres villes d'Egypte - alors que les Egyptiens descendent dans la rue frustrés par la lenteur des progrès sur leurs revendications révolutionnaires.

«Pourquoi veux-tu entrer sur la place?» L'enfant au poste de contrôle improvisé à l'entrée de Tahrir est, eh bien, un enfant, et soupçonne que je n'ai que mon permis de conduire britannique sur moi comme pièce d'identité.
«Euh, je travaille là-bas», je fais un geste vague à travers la place.
"Où?"
«Vous savez, comme, là-bas.
«OK, attendez ici.» Il commence à s'éloigner, mais est distrait par l'arrivée d'un gars portant une caméra vidéo monstrueuse: une dispute s'ensuit pour savoir s'il peut la prendre. Puis quelqu'un se présente portant une chaise en bois sur chaque épaule, les jambes poussant à hauteur des yeux. Je suis en retard au travail et je ne peux pas être dérangé pour discuter du tirage au sort, alors fuyez pour trouver un itinéraire différent.

De grandes manifestations sont prévues dans toute l'Égypte aujourd'hui, différemment présentées comme Révolution premier vendredi ou vendredi de la persistance. En un mot, les gens sont frustrés de constater que six mois après l’éviction de Moubarak, peu de progrès concrets ont été accomplis pour répondre aux exigences de la révolution. Le blogueur égyptien Zeinobia a publié un article qui résume bien ces demandes.

Divers groupes se sont manifestés pour soutenir la manifestation, y compris le mouvement de jeunesse du 6 avril, la page Facebook «Nous sommes tous Khaled Said», certains partis politiques et groupes de travailleurs, les Frères musulmans et les salafistes. À en juger par le nombre de personnes qui affluent sur la place avant 11 heures ce matin (la plupart des gens se présenteront après la prière de midi), ça va être un gros problème.

Il n'y avait aucun signe de présence de la police ou de l'armée. Espérons que tout se passera bien et en paix.


Voir la vidéo: Égypte: six ans après la révolution, la désillusion


Article Précédent

Ne jugez pas une expérience avant de l'avoir surfée

Article Suivant

Le karma de Prakash